“Mon conseil : sortez dans le froid”.

"Mon conseil : sortez dans le froid". - KOZ E Warm

Les températures ont oscillé autour du point de congélation ces derniers jours. À Winterswijk, les gens se préparaient pour les premières compétitions de patinage sur glace naturelle cette semaine, tandis qu’à Twente, le code jaune était en vigueur en raison des nuisances causées par la neige. Novembre 2023 est entré dans les livres comme un mois doux, avec une température moyenne de 7,8 degrés, mais avec une fin glaciale.

“Pour moi aussi, j’ai frissonné pendant un moment, j’ai fait mes premiers pas dans le froid”, explique Wouter van Marken Lichtenbelt, professeur de thermorégulation à l’université de Maastricht. “Au début, le corps doit s’habituer au froid. Après quelques jours de froid, il devient déjà plus supportable, je m’entends dire. Nos expériences en laboratoire le montrent également.”

“Actuellement, deux doctorants, Adam Sellers et Sten van Beek, travaillent sur un premier test de froid avec frissons, sur une série de dix jours. Il semble que tout ralentisse un peu. Au début, la pression artérielle augmente, mais au bout de dix jours, elle diminue et la glycémie baisse également après la consommation d’une boisson sucrée. Il en va de même pour les acides gras de jeûne et les graisses dans le sang, qui ont diminué. J’appelle tout cela des changements métaboliques bénéfiques. Mon conseil est donc le suivant : sortez dans le froid”.

 

Le mois de novembre a été doux et, soudain, le froid parfois tranchant s’est installé. Que se passe-t-il alors exactement dans votre corps ?

“Lorsque les températures sont extrêmement basses, vous commencez à frissonner. Votre métabolisme, qui est presque synonyme de production de chaleur corporelle, augmente alors considérablement, jusqu’à trois à cinq fois plus que votre métabolisme au repos. Vous pouvez alors supporter beaucoup de choses, même si les frissons ne sont pas très agréables. Et encore : après s’être habitué au froid, les frissons diminuent quelque peu et la production de chaleur chimique dans nos cellules augmente quelque peu.”

 

Les conditions météorologiques aux Pays-Bas deviennent de plus en plus extrêmes. Comment pouvons-nous la traiter correctement ?

“Au cours des dernières décennies, nous sommes progressivement tombés dans le piège du confort. Notre corps peut en prendre pour son grade, mais nous ne devrions pas rester bloqués à 20 degrés toute la journée. Plus d’exercice combiné à une plus grande variation de la température ambiante fonctionne bien, vous rend plus résistant aux extrêmes – à la fois au froid et à la chaleur – et est également bon pour la santé. En outre, nous utilisons moins de chauffage en hiver et moins de climatisation en été. Les économies d’énergie sont essentielles pour ralentir le changement climatique. Pour moi, c’est faire d’une pierre deux coups”.

 

Dans quelles circonstances vous épanouissez-vous le mieux et quel en est le rapport ?

“Je me qualifie parfois d’amateur de chaleur. J’aime la chaleur et ma chambre à coucher peut être agréable et chaude en été. Mais si je veux faire une longue promenade à vélo, je préfère un jour d’hiver. Je me sens beaucoup plus à l’aise dans le froid lorsque je fais un effort. Et, curieusement, j’aime aussi me blottir sous la laine dans une chambre froide en hiver. Quand je m’entends parler ainsi, je ne suis pas très cohérent”.

 

Vous effectuez des recherches sur ce sujet depuis plus de 30 ans, mais From Shivering to Sweating est votre premier livre. Avez-vous fait des découvertes marquantes en l’écrivant ?

“Beaucoup, en fait. Par exemple, j’ai approfondi le sujet ‘sport et température’. On s’aperçoit alors que dans le monde du sport, on recommande beaucoup de choses qui ne sont pas étayées scientifiquement.”

 

Pouvez-vous donner un exemple ?

“De nombreuses personnes refroidissent leurs muscles après l’exercice dans l’espoir de favoriser la construction musculaire. La recherche suggère le contraire. Il est possible de favoriser la récupération, mais la croissance musculaire s’en ressent. En outre, un réchauffement supplémentaire après l’exercice ne favorise pas non plus la croissance musculaire. Il semble donc que le corps se débrouille déjà très bien tout seul.”

 

On voit de plus en plus de gens nager en eau libre tout au long de l’année, malgré les basses températures. Est-ce bon pour vous ?

“Si nous n’incluons pas les patients cardiaques pour un moment, parce qu’ils doivent simplement être prudents, alors je dis : oui, mais avec une condition. Si la natation vous rend heureux, c’est positif et vous devez absolument la pratiquer. Par ailleurs, nos recherches ont montré qu’une légère accoutumance au froid – six heures par jour à environ 15 degrés – est positive pour le métabolisme et l’équilibre du sucre. Le fait d’être régulièrement dans le froid est donc bénéfique pour la façon dont votre corps transforme les aliments.”

 

Dans le domaine du froid, vous avez lancé ces dernières années un certain nombre de projets de recherche qui étaient non seulement très innovants sur le plan scientifique, mais qui avaient également une pertinence sociale évidente.

“C’est vrai. Dans ce contexte, nos recherches à froid sur les diabétiques et les personnes en surpoids sont intéressantes à mentionner. Dans les deux groupes, nous avons constaté un effet bénéfique sur le métabolisme du sucre. Leur sensibilité à l’insuline a augmenté de manière significative et l’absorption du glucose dans les muscles s’est améliorée.”

 

En ce qui concerne les conditions météorologiques extrêmes, outre le fait de frissonner et de transpirer, comprenez-vous aussi les pluies incessantes ?

“Le seul avantage de ces fortes précipitations est que nos zones naturelles se remettent de quelques étés trop secs. Cela me fait du bien. A part cela, la pluie quotidienne me rend un peu morose. J’ai vécu sous les tropiques pendant un certain temps et pendant cinq ans à Curaçao, je me suis réveillée agréablement surprise parce que le soleil brillait.

 

Pourtant, l’autre jour, je me suis surpris à me réjouir d’une forte averse. Parce qu’il s’est vraiment passé quelque chose. Aujourd’hui encore, je ne suis pas tout à fait cohérent.”

 

CV Wouter van Marken Lichtenbelt

Van Marken Lichtenbelt a obtenu son doctorat à l’université de Groningue en 1991 sur la recherche sur les iguanes. Il est entré à l’université de Maastricht pour étudier la température et le corps humain. Ses travaux pionniers sur le tissu adipeux brun lui ont valu une reconnaissance internationale en 2009. Il est professeur de thermorégulation à Maastricht depuis 2014. From shivering to sweating est son premier ouvrage en tant qu’auteur.